N’importe qui, vous, un membre de votre famille, un ami ou un voisin, peut développer une maladie mentale ou psychique. Certains troubles sont bénins, tandis que d’autres sont graves et durables. Une maladie mentale n’est pas une fatalité, elle peut être diagnostiquée et traitée. La plupart des gens vivent une vie meilleure après le traitement. Les médicaments psychotropes constituent parfois un élément important dans le succès du traitement d’une affection mentale.

Le premier médicament antipsychotique, la chlorpromazine, a été introduit au début des années 1950. D’autres médicaments ont rapidement suivi, tels que les antidépresseurs, les stabilisateurs de l’humeur, les sédatifs et les anxiolytiques. Ces psychotropes, qui rétablissent l’équilibre entre les différents neurotransmetteurs du cerveau, ont incontestablement permis d’améliorer le quotidien des personnes atteintes par des affections psychiques.

Les médicaments en psychiatrie peuvent également rendre d’autres types de traitements plus efficaces. Par exemple, un sujet qui est très déprimé, peut avoir des difficultés à communiquer lors de la psychothérapie. Toutefois, un médicament adapté peut réduire les symptômes et permettre à la personne d’extérioriser ses angoisses. Pour de nombreux patients, il se révèle que l’association des médicaments à la thérapie est une approche thérapeutique très efficace.

De plus, les médicaments ont permis une meilleure compréhension des maladies mentales. En observant la manière dont les médicaments soulageaient les symptômes de troubles tels que la psychose, la dépression, les anxiétés ou les troubles obsessionnels compulsifs, les scientifiques ont considérablement approfondi leurs connaissances sur le fonctionnement du cerveau.

Tout comme l’aspirine peut réduire une fièvre sans guérir l’infection qui l’a causée, les médicaments psychotropes agissent sur les symptômes de la maladie. Les médicaments ne guérissent pas la maladie mentale, mais, dans de nombreux cas, permettent à une personne de vivre mieux en dépit de certaines souffrances psychiques persistantes et des difficultés à faire face aux problèmes. Par exemple, certains neuroleptiques peuvent traiter les hallucinations, les délires dans le cadre d’une schizophrénie et ainsi, permettre au sujet qui en souffre, de rester au contact de la réalité entre les crises. La réponse au traitement, c’est à dire comment l’individu va réagir au médicament, dépend de plusieurs facteurs liés à la fois aux caractéristiques personnelles du sujet et au trouble traité.

La durée d’un traitement dépend de l’individu et du trouble. Beaucoup de sujets déprimés et anxieux peuvent avoir besoin d’une médication antidépressive uniquement pour une période de quelques mois dans leur vie, alors que d’autres, souffrant de troubles bipolaires, de schizophrénie ou de dépression chronique, devront prendre des médicaments tout au long de leur vie.

Comme toute médication, les psychotropes ne produisent pas les mêmes effets sur tout le monde. Certaines personnes répondent mieux à certains médicaments ou alors ont besoin d’un dosage plus important que d’autres. Des effets secondaires peuvent aussi parfois se faire sentir. L’âge, le sexe, la corpulence, l’alimentation, la consommation d’alcool ou de drogues, peuvent influencer l’effet des médicaments.

Matrix psychiatrie et psychothérapie
Rte du Jura 12a / 1700 Fribourg
Tel 026 424 16 29
Fax 026 422 15 28
info@matrix-psychiatrie.ch
www.matrix-psychiatrie.ch