La plupart des jeunes font l’expérience, un jour ou l’autre, de l’alcool ou d’autres drogues. Malheureusement, les adolescents se sentent souvent indestructibles, à l’abri de tous les problèmes, et ils ne voient pas toujours le lien entre leurs actions présentes et leurs conséquences dans le futur.

Si la consommation d’alcool et de tabac n’empêchera pas la majorité des jeunes de devenir des adultes bien portants et productifs, elle aura des effets négatifs sur la santé de nombreux adolescents, et dans les cas les plus graves, elle compromettra leur santé mentale et leur capacité à fonctionner. Certains adolescents vont expérimenter certaines drogues puis arrêter, alors que d’autres vont passer à des drogues plus dangereuses et/ou développer une dépendance qui leur causera de sérieux problèmes.

Les adolescents qui risquent de développer de graves problèmes d’alcool et de drogues comprennent ceux :

  • Avec des antécédents familiaux de toxicomanie
  • Qui sont déprimés
  • Qui ont une faible estime de soi
  • Qui se sentent exclus de la vie ordinaire

Les adolescents abusent de différentes drogues qu’on peut séparer en deux catégories ; les drogues légales telles que l’alcool, les médicaments prescrits, les produits chimiques (les solvants, les bombes aérosols, les émanations chimiques), les somnifères, les médicaments antitussif ou les pilules d’amincissements, et les drogues illégales, telles que la marijuana, les stimulants (cocaïne, le crack et le speed), le LSD, le PCP, les opiacés, l’héroïne ou les drogues de synthèse (ecstasy). La consommation des drogues illicites est en augmentation surtout chez les jeunes. D’après une enquête, la moyenne d’âge de la première prise de marijuana est de 14 ans, alors que certains jeunes consomment de l’alcool dès l’âge de 12 ans.

La consommation de drogues est associée à un grand nombre de conséquences négatives, y compris la possibilité d’un échec scolaire, d’un risque de développer une dépendance à ces drogues à l’âge adulte ou d’un manque de jugement, ce qui peut conduire à mettre en péril la vie de l’adolescent (accidents de la route, violence, relations sexuelles non protégées, suicide).

Les parents peuvent empêcher leur enfant de consommer des drogues en leur parlant ouvertement des risques encourus par la consommation de tels produits. Il est important que les parents démontrent à l’enfant l’importance d’un comportement responsable vis-à-vis de ces drogues.

Signes avant-coureurs de la consommation d’alcool et de drogues chez les jeunes :

  • Signes physiques : fatigue, problèmes de santé redondants, yeux rouges et toux persistante.
  • Signes emotionnels : changement de personnalité, changements soudains d’humeur, irritabilité, comportement irresponsable, faible estime de soi, manque de jugement, dépression et manque d’intérêt général.
  • Famille : cherche le conflit, enfreint les règles ou retrait par rapport à la vie familiale.
  • Ecole : diminution de l’intérêt, attitude négative, baisse des résultats, nombreuses absences et problèmes de discipline.
  • Problèmes sociaux : de nouveaux amis qui sont moins intéressés par les activités scolaires ou à la maison, des problèmes avec la justice et des modifications aux niveaux des goûts vestimentaires et/ou musicaux.

* Quelques-uns des signes énumérés ci-dessus peuvent être liés à d’autres problèmes.

Matrix psychiatrie et psychothérapie
Rte du Jura 12a / 1700 Fribourg
Tel 026 424 16 29
Fax 026 422 15 28
info@matrix-psychiatrie.ch
www.matrix-psychiatrie.ch